La Liberté

18.06.2017

Moutier rejoint le canton du Jura, dans une grande liesse populaire

Explosion de joie sur la place Roland-Béguelin à Moutier. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Explosion de joie sur la place Roland-Béguelin à Moutier. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les citoyens de la Ville de Moutier veulent rejoindre le canton du Jura. A l'issue d'une campagne parfois tendue, le «oui» l'a emporté dimanche dans les urnes. La cité prévôtoise deviendra donc jurassienne. © Keystone
Les citoyens de la Ville de Moutier veulent rejoindre le canton du Jura. A l'issue d'une campagne parfois tendue, le «oui» l'a emporté dimanche dans les urnes. La cité prévôtoise deviendra donc jurassienne. © Keystone
Les opérations de dépouillement ont duré bien plus longtemps que prévu. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Les opérations de dépouillement ont duré bien plus longtemps que prévu. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Une policière bernoise observe le bon déroulement du scrutin devant l'urne du bureau de vote installé à la Societ'halle ce dimanche à Moutier. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Une policière bernoise observe le bon déroulement du scrutin devant l'urne du bureau de vote installé à la Societ'halle ce dimanche à Moutier. © KEYSTONE/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Un policier bernois transporte une urne de vote par correspondance dans le bureau de vote de Moutier. Dimanche, les citoyens de Moutier ont choisi un rattachement au canton du Jura. © Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT
Un policier bernois transporte une urne de vote par correspondance dans le bureau de vote de Moutier. Dimanche, les citoyens de Moutier ont choisi un rattachement au canton du Jura. © Keystone/JEAN-CHRISTOPHE BOTT


18.06.2017

Moutier (BE) avec ses 7700 habitants devient une ville jurassienne. A l'issue d'une campagne parfois tendue, les citoyens ont choisi dimanche par 2067 voix contre 1930 de quitter le canton de Berne pour rejoindre celui du Jura.

Le choix des Prévôtois doit constituer l'épilogue de la Question jurassienne. Des mesures exceptionnelles avaient été prises pour éviter des irrégularités lors de ce scrutin hautement émotionnel.

Des observateurs fédéraux ont surveillé le bureau de vote et suivi les opérations de dépouillement. Ils ont validé le verdict. Le nombre de bulletins valables était de 3997, celui des blancs de 45. Les "oui" représentent 51,7% des bulletins valables.

Réunis à la gare de Moutier, des milliers de Jurassiens ont laissé éclater leur joie à l'annonce des résultats longuement attendus sous un soleil de plomb. Applaudissements, cris et pétards ont retenti sur la Place Roland-Béguelin. Les bouchons de champagne ont explosé lorsque Chantal Mérillat, présidente prévôtoise du Mouvement autonomiste jurassien (MAJ) a déclaré "c'est sûr, on a gagné".

Brandissant des drapeaux et entonnant la Rauracienne ou "On est chez nous!", des milliers de personnes, près de 5000 selon une estimation de l'ats, se sont dispersées dans les rues adjacentes. La fête pouvait commencer, sachant que les restaurants ont l'autorisation d'ouvrir toute la nuit. Et la fontaine devant l'Hôtel-de-Ville a été vidée puis remplie du fameux Jus de Bélier, la boisson symbolique des séparatistes.

Profonde satisfaction

Le Conseil municipal accueille la décision du corps électoral prévôtois avec une profonde satisfaction et une intense émotion. Il exprime sa reconnaissance au peuple jurassien dans son entier, a déclaré le maire autonomiste Marcel Winistoerfer.

Le gouvernement jurassien a fait part de "son immense joie et de son intense émotion" à l'annonce des résultats. Il tend la main à ceux qui ont dit "non" et appelle à l'unité. "En ce jour, les Prévôtois ont écrit l'histoire et ont rejoint leur famille", a réagi, tout sourire, la présidente du Gouvernement jurassien Nathalie Barthoulot.

Les citoyens de Moutier ont "non seulement décidé d'une orientation fondamentale pour leur ville mais aussi tourné une page de l'histoire jurassienne", a réagi l'Assemblée interjurassienne (AIJ), l'organe chargé de régler politiquement le conflit jurassien. Elle prend note avec satisfaction de la forte participation au scrutin, avec un taux exceptionnel de 88%.

Le Conseil fédéral, pour sa part, se réjouit que la question ait pu être réglée dans le cadre d'un processus démocratique exemplaire.

Déception des pro-bernois

Le camp pro-bernois accepte le résultat du vote. Président de Force démocratique, Jean-Pierre Graber a déclaré , "un petit peu déçu", qu'il "accepte un résultat relativement clair".

Réaction nettement plus vive de Patrick Tobler, président de l'UDC du Jura bernois, qui dit "avoir très mal". "Ce n'est pas possible que cette ville ait choisi le destin de l'incertitude", a-t-il dit. Selon lui, "ce qui nous a été promis (par le canton du Jura) ne sera certainement pas tenu". Moutier va perdre beaucoup de son importance.

Pour le gouvernement bernois, ce 18 juin marque la fin de la Question jurassienne. Seule l'appartenance des communes de Belprahon et de Sorvilier doivent encore être réglées. Même si le départ de Moutier constitue un affaiblissement du Jura bernois, Berne ne va pas abandonner la minorité francophone.

Les exécutifs de Bienne et d'Evilard (BE) ainsi que le Conseil des affaires francophones du district bilingue de Bienne (CAF) ont exprimé leur déception. Ils "regrettent que le canton de Berne perde une partie de sa population francophone et que le Jura bernois perde sa plus grande commune".

Changement effectif en 2021

Le "oui" de Moutier n'entraînera pas de modifications territoriales dans l'immédiat. Les gouvernements jurassien et bernois vont à présent enclencher le processus pour concrétiser le transfert de la cité prévôtoise. Le changement de canton ne devrait être effectif qu'au 1er janvier 2021.

Les citoyens des villages de Belprahon et de Sorvilier se prononceront le 17 septembre prochain sur leur appartenance cantonale. Ces deux communes avaient déposé auprès de la chancellerie cantonale une demande de vote communaliste.

Moutier constitue un cas à part dans le conflit jurassien. Lors des plébiscites de 1974 et 1975, qui ont abouti à la création du canton du Jura, la cité prévôtoise avait choisi son maintien dans le canton de Berne. Mais depuis plusieurs décennies, les citoyens élisent des autorités autonomistes.

ats

La Liberté - Bd de Pérolles 42 / Case postale 208 / 1705 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00