La Liberté

«La forêt souffre», alertent des gardes forestiers à Charmey

Le bostryche a eu raison d'environ 500 épicéas, affaiblis par la grêle et la sécheresse. Ils ont été abattus en urgence, pour éviter la propagation du coléoptère.

Les épicéas ont été héliportés, en raison de la configuration du terrain. © ForêtGruyère
Les épicéas ont été héliportés, en raison de la configuration du terrain. © ForêtGruyère

SZ

Publié le 02.09.2022
Partager cet article sur:

Forêt » «La forêt souffre», alertaient hier le forestier de triage Michaël Pachoud et le chargé d’affaires de l’association de propriétaires ForêtGruyère, Alexandre Pipoz. Devant eux, une montagne de grumes repose non loin de la Chapaleire, près de la station avale du télésiège de Charmey.

Le bostryche a sévi cet été dans ce secteur, entre La Scie et le Pré de l’Essert, ainsi qu’à la Frassetta et au pont du Roc. Ces deux dernières semaines, plus de 1000 mètres cubes d’épicéa, soit environ 500 arbres, ont dû être abattus en urgence et héliportés. Le patrimoine de la commune et de quatre particuliers est touché.

«Deux orages de grêle l’an passé et la sécheresse cette année ont affaibli ces épicéas», explique Alexandre Pipoz. «Ils font partie de peuplements dirigés, plantés serrés (une gestion courante dans les années 1930 et 1960, ndlr). Ils ont une petite couronne, ce qui limite leur
capacité de photosynthèse. Tout ce qu’il faut pour attirer le bostryche, qui s’est développé à une vitesse inhabituelle, note Michaël Pachoud. Jamais je n’avais vu de foyers aussi gros.»

Le rajeunissement naturel est là, dans ces trouées, plus résilient: du tilleul, du hêtre, du cerisier, entre autres essences. «Mais on reste dans la réaction, et on ne pourra pas toujours intervenir aussi vite. Si nous pouvions traiter ces peuplements avant, la forêt serait moins exposée», observe Michaël Pachoud.

Les 1000 mètres cubes abattus finiront en scierie ou en copeaux. «Mais les propriétaires ne toucheront rien et, malgré les subventions, ForêtGruyère ne rentrera pas dans ses frais.» Les deux gardes forestiers en appellent à davantage de soutien aux propriétaires et invitent à privilégier le bois suisse ou local, pour appuyer la filière.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11