La Liberté

Le Lac-Noir s'est transformé en piste d'atterrissage

Mercredi après-midi, les aviateurs s'en sont donné à cœur joie dans la station singinoise, qui s'est changée en aérodrome éphémère par la grâce d'une météo glaciale et ensoleillée. Ils pourront remettre ça durant toute la journée de jeudi.

Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena
Les nombreux curieux ayant fait le déplacement du Lac-Noir mercredi après-midi ont pu admirer une grande variété d'aéronefs. © Charles Ellena

MRZ

Publié le 26.01.2022
Partager cet article sur:

Voilà cinq longues années que la station du Lac-Noir n’avait plus connu ça. Les températures hivernales ont généré une couche de plus de 30 centimètres de glace à la surface du lac, permettant aux responsables de l’aérodrome d’Ecuvillens d’y aménager, pour la première fois depuis le 27 janvier 2017, une piste d’atterrissage de 800 mètres de long.

Mercredi après-midi, une fois accordé le feu vert de l’Office fédéral de l’aviation civile (OFAC), des dizaines d’avions ont commencé leur ballet aérien sous les yeux de nombreux curieux. Une deuxième journée de vols est d’ores et déjà planifiée jeudi de 9 à 17 heures, confirme Michel Cochard, chef d’aérodrome à Ecuvillens, fonction qu’il exerce également pour l’installation éphémère du Lac-Noir. Le vendredi s’annonce plus incertain, en raison du brouillard qui pourrait s’installer en plaine.

Tous les pilotes sont en effet tenus de faire escale à l’aérodrome d’Ecuvillens avant de s’envoler en direction de la piste glacée singinoise. «Ils y reçoivent un briefing et on s’y assure qu’ils disposent de la formation nécessaire pour atterrir au Lac-Noir, où il faut quand même voler tout près des sapins», sourit Michel Cochard. En cas de visibilité insuffisante dans l’aérodrome régional sarinois, personne ne décolle. La sécurité est en effet une préoccupation centrale pour les organisateurs de l’événement. «Pour cette raison, nous avons dû limiter le nombre de pilotes», explique le chef d’aérodrome.

Car le Lac-Noir est une destination connue loin à la ronde par les pilotes. «Dès que nous annonçons qu’il sera peut-être possible d’ouvrir la piste, le téléphone commence à crépiter. Nous recevons des appels d’Italie, de France... C’est une expérience inoubliable pour un pilote d’atterrir et de rouler sur la glace», explique Michel Cochard. «L’approche et plus difficile et il ne faut pas se louper: impossible d’utiliser les freins sur une piste glacée. Certains pilotes viennent accompagnés de leurs instructeurs.»

Au sol, une équipe d’observateurs communique avec les pilotes via une fréquence d’information afin de s’assurer que le ballet finement chorégraphié des arrivées et des décollages ne se transforme pas en cacophonie potentiellement dangereuse.

Au vu des conditions météo annoncées la semaine prochaine, il serait envisageable de poursuivre les vols. «Mais il n’est pas certain que nous le fassions», confie Michel Cochard. «Nous voulons aussi respecter l’environnement et nous savons qu’il n’y a pas que des amoureux de l’aviation ici...» Il précise tout de même que parmi la trentaine d’avions ayant atterri au Lac-Noir mercredi, il y avait aussi un modèle électrique.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00