La Liberté

Crash d'hélicoptères militaires japonais, un mort et sept disparus

Les hélicoptères étaient des Mitsubishi SH-60K de l'armée japonaise (archives). © KEYSTONE/EPA/JAPAN'S MARITIME SELF-DEFENSE FORCE HANDOUT
Les hélicoptères étaient des Mitsubishi SH-60K de l'armée japonaise (archives). © KEYSTONE/EPA/JAPAN'S MARITIME SELF-DEFENSE FORCE HANDOUT
Les hélicoptères étaient des Mitsubishi SH-60K de l'armée japonaise (archives). © KEYSTONE/EPA/JAPAN'S MARITIME SELF-DEFENSE FORCE HANDOUT
Les hélicoptères étaient des Mitsubishi SH-60K de l'armée japonaise (archives). © KEYSTONE/EPA/JAPAN'S MARITIME SELF-DEFENSE FORCE HANDOUT


Publié le 21.04.2024


Deux hélicoptères des Forces japonaises d'autodéfense (FJA) se sont écrasés en mer samedi tard dans la soirée, avec un membre d'équipage retrouvé mort et sept autres encore portés disparus, ont annoncé dimanche les autorités japonaises.

Les appareils participaient à un "exercice nocturne de lutte anti-sous-marine", a précisé à la presse le ministre de la Défense Minoru Kihara.

"Pour l'instant, la cause (de l'accident, ndlr) est inconnue, dans l'immédiat nous donnons la priorité au fait de sauver des vies". Des débris probables de ces appareils ont été repérés par les secours en mer, a ajouté le ministre.

Quelques heures plus tard, M. Kihara a déclaré aux journalistes que la mort du membre d'équipage qui avait été secouru "a été confirmée". Sept autres personnes sont toujours portées disparues.

Il a également indiqué que le ministère avait "découvert les enregistreurs de vol dans des endroits proches l'un de l'autre", et qu'il était donc "fort possible que (les deux hélicoptères) soient entrés en collision".

Les hélicoptères se sont écrasés au large des îles Izu, dans l'océan Pacifique, selon les autorités.

Enregistreurs de vol en cours d'analyse

"Les enregistreurs de vol sont en cours d'analyse et les autorités interrogent l'équipage d'un troisième hélicoptère qui participait à l'exercice mais n'a pas été impliqué dans l'accident, a déclaré le chef d'état-major de la marine, Ryo Sakai.

La communication avec l'un des appareils a été perdue à 22h38 locale (samedi 15h38 suisses). Vingt-cinq minutes plus tard, les autorités ont réalisé que la communication avec le second hélicoptère avait également été perdue, selon la NHK.

Il s'agissait de deux Mitsubishi SH-60K, des hélicoptères patrouilleurs de fabrication nippone et appartenant à la Force maritime d'autodéfense, la branche navale des FJA.

Il y a un an, un hélicoptère militaire japonais d'un autre modèle (UH-60JA) s'était écrasé en mer dans la zone d'Okinawa (sud-ouest du Japon), tuant ses dix occupants.

Et en novembre, un Osprey des forces militaires américaines basées au Japon s'était abîmé en mer, causant la mort de ses huit membres d'équipage.

Ce nouvel accident mortel impliquant cet aéronef hybride - capable de décoller et atterrir verticalement comme un hélicoptère et de voler comme un avion - avait poussé l'armée américaine à suspendre tous les vols de ses Ospreys dans le monde pendant trois mois, le temps de mener l'enquête sur les circonstances de ce nouveau drame.

Les vols des Ospreys ont repris début mars, y compris au Japon, après que l'armée américaine a apporté des modifications dans l'entretien et les procédures pour ces appareils.

Le Japon, proche allié des Etats-Unis, augmente considérablement son budget de la Défense pour s'adapter aux tensions grandissantes en Asie-Pacifique, entre les revendications territoriales de plus en plus affirmées de la Chine et les menaces répétées de la Corée du Nord dans la région.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11