La Liberté

Dévaler une pente en luge n'est pas sans risque

Le plaisir de la luge résiste au fil des générations. © KEYSTONE
Le plaisir de la luge résiste au fil des générations. © KEYSTONE
Le plaisir de la luge résiste au fil des générations. © KEYSTONE
Le plaisir de la luge résiste au fil des générations. © KEYSTONE


Publié le 25.01.2022
Partager cet article sur:


Les lugeurs sous-estiment souvent leur vitesse. Chaque année, 6300 lugeurs se blessent, souligne une récente étude du Bureau de prévention des accidents (bpa).

Même les novices peuvent atteindre 45 km/h sur les pistes de luge faciles, écrit le bpa dans un communiqué. Non seulement les luges peuvent aller vite, mais lorsque la piste comporte des bosses, elles peuvent décoller, ce qui accroît le risque de chute.

En cas d'accident, les lugeurs souffrent fréquemment de fractures et de blessures aux jambes, aux bras ou au torse. On recense également de graves blessures au crâne et au dos.

Seul un lugeur sur deux porte un casque

Le taux de port du casque reste cependant bien inférieur à celui qu’on enregistre chez les skieurs, où il est de 93%. Pour se protéger de lésions craniocérébrales, porter un casque de ski ou de snowboard ou, à défaut, un casque de vélo est une bonne option.

Un autre élément important réside dans le choix de la luge. Le BPA recommande les luges de randonnée, qui seules peuvent être pilotées correctement sur les pentes damées et verglacées. Les luges en bois classiques sont rigides et difficiles à diriger en raison de leurs patins plats.

Enfin, il faut que les infrastructures de luge soient sûres. Cela fait des années que le BPA s’engage sur cette question. Afin de réduire au minimum le nombre d’accidents graves, il a publié récemment une documentation technique destinée à servir de guide pour la conception, l’aménagement et l’exploitation des infrastructures de luge.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00