La Liberté

La Suisse appelle Minsk à annuler l'extension de la peine capitale

La Suisse demande au Bélarus du président Alexandre Loukachenko (à gauche) de revenir sur la loi récemment approuvée dans ce pays (archives). © KEYSTONE/EPA SPUTNIK POOL/MIKHAIL KLIMENTYEV
La Suisse demande au Bélarus du président Alexandre Loukachenko (à gauche) de revenir sur la loi récemment approuvée dans ce pays (archives). © KEYSTONE/EPA SPUTNIK POOL/MIKHAIL KLIMENTYEV


Publié le 22.03.2023


La Suisse demande au Bélarus de revenir sur sa récente extension de la peine capitale aux fonctionnaires et aux militaires pour haute trahison. Devant le Conseil des droits de l'homme de l'ONU mercredi, elle s'est dite "préoccupée".

Une représentante de la mission suisse à l'ONU à Genève a ciblé la dimension de la "répression". Le président du Bélarus Alexandre Loukachenko a validé il y a deux semaines la loi votée au Parlement. La peine capitale ne portait jusqu'à présent que pour les assassinats ou le terrorisme.

La nouvelle loi prévoit également des sanctions plus lourdes pour les citoyens coupables de "propagande terroriste" ou de "diffamation des forces armées". Cette approche avait déjà été approuvée par la Russie au début de la guerre en Ukraine.

Mercredi, la Suisse a aussi dénoncé la poursuite des arrestations arbitraires et a appelé à nouveau à la libération des détenus politiques, notamment le lauréat du Prix Nobel de la paix Ales Bialiatsky, condamné il y a quelques semaines à 10 ans de prison.

Dans son rapport dévoilé vendredi dernier, le haut commissaire de l'ONU aux droits de l'homme Volker Türk avait dénoncé de possibles crimes contre l'humanité. Jusqu'à présent, seules les ONG estimaient que les violations dans le cadre de la répression après l'élection présidentielle controversée de 2020 constituaient de telles atrocités.

Selon l'ONU, au moins 37'000 personnes ont été détenues de mai 2020 à mai 2021 en lien avec le scrutin. Plus de 13'000 avaient été retenues arbitrairement pour la seule période du 9 août 2020, au moment du vote, et la semaine qui a suivi.

Dans le pays, près de 1500 individus restent détenus pour des raisons politiques. Mercredi, la représentante du Bélarus a à nouveau démenti que son pays retenait tout prisonnier politique. Le rapport empêche toute collaboration avec l'instance onusienne, dit-elle.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11