La Liberté

Le personnel soignant est descendu dans la rue à Berne

Les manifestants se sont rassemblés samedi après-midi à Berne pour demander de meilleures conditions de travail. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
Les manifestants se sont rassemblés samedi après-midi à Berne pour demander de meilleures conditions de travail. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
Les manifestants se sont rassemblés samedi après-midi à Berne pour demander de meilleures conditions de travail. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER
Les manifestants se sont rassemblés samedi après-midi à Berne pour demander de meilleures conditions de travail. © KEYSTONE/PETER SCHNEIDER


Publié le 26.11.2022
Partager cet article sur:


Plusieurs centaines d'employés du domaine de la santé ont manifesté samedi à Berne pour réclamer des mesures pour lutter contre les départs dans leur profession. Les manifestants ont demandé de meilleurs salaires, de nouvelles allocations et davantage de vacances.

"Nous tirons la sonnette d'alarme", ont scandé les manifestants devant le Palais fédéral. Ils ont aussi emporté des bassins et d'autres récipients spécifiques à leur profession pour faire du bruit sur la Place fédérale.

Les organisateurs ont estimé le nombre de participants à 700. Beaucoup avaient enfilé leur tenue de travail pour l'occasion.

"Les applaudissements, c'était hier"

"Les applaudissements, c'était hier - aujourd'hui, nous avons besoin de plus de temps et d'argent", pouvait-on lire sur l'une des banderoles, selon un journaliste de l'agence Keystone-ATS sur place. Une infirmière brandissait une pancarte sur laquelle il était écrit : "j'ai 255 heures supplémentaires", une autre "La santé n'est pas une marchandise".

"Malgré l’acceptation de l’initiative sur les soins en 2021, plus de 300 soignants abandonnent le métier chaque mois", déplorent Unia, le Syndicat des services publics (SSP), Syna et l'Association professionnelle des infirmières et infirmiers (ASI) samedi dans un communiqué. "Ces départs aggravent encore la crise due au manque de ressources dans le domaine de la santé, et des soins de qualité ne peuvent plus être garantis", poursuivent-ils.

Pour arrêter cette vague de départs, ils proposent cinq mesures d'urgence. Les salaires doivent être augmentés et le temps de travail effectif mieux calculé. Il devrait prendre en compte les déplacements et le temps consacré à se changer.

Quant aux vacances, le personnel soignant devrait profiter d'au moins cinq semaines jusqu'à 49 ans, de six semaines dès 50 ans et atteindre sept semaines à partir de 60 ans.

Enfin, les syndicats demandent une hausse des allocations, notamment pour l’accueil extra-familial des enfants. Des soutiens devraient aussi être introduits en cas de modification des plans de services à court terme.

Offensive sur la formation

Le peuple suisse avait largement accepté l'initiative sur les soins infirmiers en novembre 2021. Le Conseil national doit ficeler un premier paquet de mise en œuvre lors de la prochaine session d'hiver en adoptant une politique offensive sur la formation. Le Conseil des Etats a donné son feu vert lors de la session d'automne.

Mais les mesures équivalent à essayer de remplir une baignoire sans mettre un bouchon, a comparé un orateur lors de la manifestation. Il a exigé des meilleures conditions pour le personnel soignant.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11