La Liberté

McIntosh remporte un duel d'adolescentes

La Canadienne Summer McIntosh est un talent précoce. © KEYSTONE/AP/Petr David Josek
La Canadienne Summer McIntosh est un talent précoce. © KEYSTONE/AP/Petr David Josek


Publié le 25.06.2022
Partager cet article sur:


Au terme d'un duel d'adolescentes, la Canadienne Summer McIntosh, 15 ans, a devancé l'Américaine Katie Grimes, 16 ans, pour devenir championne du monde du 400 m 4 nages au dernier jour de compétition.

Summer McIntosh repart de Budapest avec deux titres mondiaux, après celui remporté en 200 m papillon mercredi.

"Katie est une top compétitrice, j'aime vraiment nager contre elle comme on est dans la même classe d'âge", a réagi la Canadienne, qui aura 16 ans en août.

"Je me fixe mes propres objectifs, et en général ce ne sont pas des objectifs de classement, mais cela concerne plutôt la manière dont je veux exécuter ma course, et je pense les avoir remplis", a ajouté la timide Canadienne.

Outre McIntosh et Grimes, plusieurs ados se sont révélés cette semaine à Budapest. Le Roumain David Popovici, auteur à seulement 17 ans du doublé 100-200 m nage libre, a été la tête d'affiche de cette nouvelle génération, aux côtés de l'Italienne Benedetta Pilato, 17 ans comme lui et sacrée en 100 m brasse, ou l'Australienne Mollie O'Callaghan, nouvelle reine du 100 m nage libre.

Sarah Sjöström n'avait que 15 ans quand elle a décroché son premier titre mondial en 2010. Douze ans plus tard, elle clôt également ces Mondiaux avec deux médailles d'or.

La Suédoise a été sacrée championne du monde du 50 m nage libre samedi au lendemain de sa victoire en finale du 50 m papillon.

Elle compte désormais vingt médailles mondiales, à deux unités du record de l'Américaine Katie Ledecky.

"C'est peut-être ma mentalité et aussi beaucoup de travail, mais surtout j'aime ce que je fais", a-t-elle déclaré pour expliquer sa longévité.

À Budapest, elle a également remporté l'argent du 100 m nage libre.

"C'est superbe, à chaque fois que je touche le mur devant, ça représente tant pour moi. Qu'est-ce que je peux dire, trois médailles, c'est génial", a-t-elle réagi.

Pour les dernières courses en bassin de la semaine, la Duna Arena a failli voir un quatrième record du monde lorsque l'Italien Gregorio Paltrinieri, 27 ans, a remporté le titre du 1500 m nage libre.

"C'était incroyable"

En avance sur les temps du record du monde au dernier virage, il a craqué dans les derniers mètres pour finalement réaliser la deuxième meilleure performance mondiale de tous les temps sur la distance (14 min 32.80). Seul le controversé Chinois Sun Yang a fait mieux (14 min 31.50).

"C'était incroyable, j'ai fait un 800 m décevant l'autre jour, donc je voulais me prouver à moi-même que j'étais encore capable de faire quelque chose de bien", a expliqué l'Italien.

"Je savais qu'ils étaient en train de revenir, mais j'avais une avance assez grande. C'était ma stratégie en fait, de partir vite et essayer de prendre beaucoup d'avance", a-t-il poursuivi.

La Lituanienne Ruta Meilutyte a, elle, décroché sa première médaille d'or mondiale depuis 2013 en s'imposant en finale du 50 m brasse, devant Benedetta Pilato et la Sud-Africaine Lara van Niekerk.

Meilutyte n'avait pas remporté de médaille dans une compétition majeure depuis 2015.

"C'est sympa d'être championne du monde", a-t-elle souri.

En fin de soirée, alors que la cérémonie du podium du 50 m dos masculin avait déjà eu lieu, un nouveau podium a été organisé pour remettre la médaille d'or à l'Américain Justin Ress, qui avait été initialement disqualifié.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11