La Liberté

Quand le dévouement paternel réduit la taille des testicules

Un mâle de l'espèce de grenouille de verre Hyalinobatrachium valerioi protège des œufs. © Francesca Angiolani
Un mâle de l'espèce de grenouille de verre Hyalinobatrachium valerioi protège des œufs. © Francesca Angiolani


Publié le 22.02.2024


Le dévouement paternel peut réduire la taille des testicules, du moins chez la grenouille de verre. C'est ce que montre une étude à laquelle a participé l'Université de Berne, publiée dans la revue britannique Proceedings of the Royal Society B.

Dans la famille des grenouilles de verre, la fécondation a lieu à l'extérieur du corps: les femelles déposent des œufs encore non fécondés sur des feuilles, et les mâles répandent leur semence par-dessus.

Chez certaines espèces de ces grenouilles, les mâles surveillent leur progéniture, tandis que chez d'autres, ils ne s'en occupent pas, a indiqué jeudi l'Université de Berne dans un communiqué.

Dans leur étude, les scientifiques ont constaté un lien entre les soins apportés à la progéniture et la taille des testicules. "Nous avons été surpris de voir à quel point ces liens sont évidents", indique Eva Ringler, professeure d'écologie comportementale à l'Université de Berne et co-auteur de l'étude, citée dans le communiqué.

L'équipe de recherche a étudié au total 37 espèces différentes de grenouilles de verre originaires des forêts tropicales humides d'Amérique centrale et d'Amérique du Sud. Chez onze de ces espèces, les mâles s'occupent de la progéniture, chez les autres non.

Piratage de la ponte

Les auteurs estiment que la cause de ce phénomène est liée à l'évolution. "Lorsqu'un mâle surveille sa propre ponte, il réduit le risque de fécondation par d'autres mâles", explique la Pre Ringler.

Car la fécondation externe comporte un risque de "piratage de la ponte", c'est-à-dire que d'autres grenouilles mâles parviennent à répandre leurs propres spermatozoïdes sur une ponte fraîche, fécondant ainsi les œufs non encore fécondés par le mâle reproducteur initial.

Prendre soin des oeufs réduit de ce fait chez les mâles attentionnés la pression évolutive qui impliquerait la nécessité d'une plus grande production de sperme, et donc de testicules plus grands. Il s'agirait donc d'un compromis apparu chez certaines espèces, selon les conclusions des auteurs.

Jusqu'ici, de tels liens entre la taille des organes génitaux mâles et le comportement de reproduction avaient été observés avant tout chez des primates. C'est par exemple le cas lorsque les mâles disposent d'un harem: leur taille tend à augmenter pour écarter les concurrents, mais celle de leurs organes reproducteurs diminue. Des scientifiques de l'Université de Zurich, du Brésil, d'Equateur et d'Allemagne ont également participé à cette recherche.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11