La Liberté

Quatre règles pour éviter de stresser la faune

Lorsqu’ils sont dérangés par le passage de freeriders ou de randonneurs à skis ou en raquettes, les oiseaux gaspillent de l’énergie en fuyant ou du temps en s’interrompant dans leur recherche de nourriture. © KEYSTONE/DPA-Zentralbild/PATRICK PLEUL
Lorsqu’ils sont dérangés par le passage de freeriders ou de randonneurs à skis ou en raquettes, les oiseaux gaspillent de l’énergie en fuyant ou du temps en s’interrompant dans leur recherche de nourriture. © KEYSTONE/DPA-Zentralbild/PATRICK PLEUL


Publié le 25.01.2022
Partager cet article sur:


Faire sa trace, fuir la foule pour contempler la nature: autant de raisons qui poussent toujours plus de gens à s’essayer à de nouveaux sports loin des stations de ski en hiver. Il faut cependant veiller à respecter la faune, rappelle mardi la Station ornithologique.

Un nombre croissant de personnes s’adonne aux plaisirs du ski hors-piste, de la raquette et du ski de randonnée, constate la Station ornithologique de Sempach (LU). La surfréquentation de certaines stations de ski et itinéraires ainsi que l’attrait pour l’aventure et la liberté poussent à explorer de nouvelles routes et des secteurs jusqu’ici vierges.

Cette expansion n’est pas sans conséquences pour la faune, qui tente déjà de survivre aux rudes conditions de l’hiver. A cette saison, la nourriture est rare et souvent peu nutritive. Les journées sont courtes et offrent peu d’occasions pour se nourrir. Maintenir une température corporelle suffisante requiert beaucoup d’énergie.

Economiser ses forces est donc une question de vie ou de mort pour le tétras lyre, le grand tétras et le lagopède alpin, des espèces des montagnes prioritaires pour une conservation ciblée.

Energie gaspillée

Lorsqu’ils sont dérangés par le passage de freeriders ou de randonneurs à skis ou en raquettes, ces oiseaux gaspillent de l’énergie en fuyant ou du temps en s’interrompant dans leur recherche de nourriture. De plus, le stress augmente les niveaux de cortisol, ce qui peut impacter le succès de reproduction.

Les dérangements ne sont pas toujours évidents à déceler: les oiseaux sont souvent déjà dérangés avant même qu’ils ne s’envolent.

La Station ornithologique rappelle quatre simples règles afin de profiter de la nature dans le respect de l’avifaune: respecter les zones de tranquillité, rester sur les sentiers balisés, garder ses distances avec les oiseaux et tenir son chien en laisse.

www.zones-de-tranquillite.ch

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00