La Liberté

Ricardo Rodriguez écrit l'histoire

Ricardo Rodriguez espère vivre dans cet Euro une 24e titularisation dans une phase finale © KEYSTONE/AP/Andreea Alexandru
Ricardo Rodriguez espère vivre dans cet Euro une 24e titularisation dans une phase finale © KEYSTONE/AP/Andreea Alexandru


Publié le 21.06.2024


Ricardo Rodriguez enchaînera-t-il dimanche une... 24e titularisation dans une phase finale ?

Sous la menace d'une suspension pour le huitième de finale de l'Euro 2024, le Zurichois pourrait voir cette série unique s'interrompre.

"Le choix appartient à Murat Yakin", lâche celui qui écrit l'histoire du football sans avoir l'air d'y toucher tant son caractère est réservé. Aucun autre joueur de l'équipe de Suisse n'a disputé autant de rencontres dans des phases finales que le Zurichois.

"Je suis fier de présenter de telles statistiques, convient-il. Il n'y a pas de secret. L'essentiel est de rester toujours fit. Je veux croire aussi que l'aventure n'est peut-être pas encore terminée. »

Un choix de carrière à arrêter

A bientôt 32 ans - il les fêtera le 25 août prochain -, il veut sans doute encore monter dans le train de la Coupe du monde 2026. En fin de contrat avec Torino, il sait aussi que son avenir international sera lié au choix de carrière qu'il s'apprête à arrêter. "Je suis ouvert à toutes les propositions, sourit-il. Je veux toutefois que mon prochain club réponde à certains critères." Rester en Europe ou partir pour une aventure plus "exotique": telle est la question.

Mais aujourd'hui, seul cet Euro 2024 compte. "Je veux tout donner. Essayer d'arriver jusqu'à la finale, dit-il. Bien sûr, nous aurions aimé compter 6 points après deux matches avant de rencontrer l'Allemagne. Mais notre bilan se défend. Nous avons cueilli les points qu'il fallait prendre. Ce fut très bien contre la Hongrie. Face aux Ecossais, je dois avouer que nous avons été bousculés."

"Assez grand pour s'en sortir seul"

Mercredi à Cologne, la Suisse a dû faire face à une nouvelle donne avec un marquage individuel sur Granit Xhaka. Les Allemands vont sans doute agir de même pour neutraliser le capitaine de l'équipe de Suisse. "A nous de trouver les espaces, de multiplier les courses pour faciliter la tâche de Granit, souligne-t-il. Mais je me dis aussi qu'il est assez grand pour s'en sortir tour seul..."

On n'oublie pas que les deux hommes sont liés par une amitié indéfectible depuis plus de quinze ans. Les deux Champions du monde M17 de 2009 ont tous les deux débuté en équipe A en 2011, en juin à Wembley contre l'Angleterre pour Xhaka, en octobre à Swansea face au Pays de Galles pour Rodriguez lorsqu'il était entré à l'heure de jeu pour pallier l'expulsion de Reto Ziegler. Depuis cette nuit galloise, il n'est plus sorti de l'équipe. Et apparemment, il est bien loin de vouloir prendre la porte.

ats

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11