La Liberté

Moscou et Kiev s'accusent de bombarder la centrale de Zaporijjia

Les autorités contrôlées par Moscou mènent une politique de russification intense dans la région de Zaporijjia, introduisant le rouble et poussant les habitants à prendre des passeports russes (image d'illustration). © KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY
Les autorités contrôlées par Moscou mènent une politique de russification intense dans la région de Zaporijjia, introduisant le rouble et poussant les habitants à prendre des passeports russes (image d'illustration). © KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY
Les autorités contrôlées par Moscou mènent une politique de russification intense dans la région de Zaporijjia, introduisant le rouble et poussant les habitants à prendre des passeports russes (image d'illustration). © KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY
Les autorités contrôlées par Moscou mènent une politique de russification intense dans la région de Zaporijjia, introduisant le rouble et poussant les habitants à prendre des passeports russes (image d'illustration). © KEYSTONE/EPA/SERGEI ILNITSKY
La centrale nucléaire de Zapporijjia est tombée au début mars aux mains des soldats russes. © KEYSTONE/EPA/RUSSIAN EMERGENCIES MINISTRY HANDOUT
La centrale nucléaire de Zapporijjia est tombée au début mars aux mains des soldats russes. © KEYSTONE/EPA/RUSSIAN EMERGENCIES MINISTRY HANDOUT


Publié le 08.08.2022
Partager cet article sur:


Moscou a accusé lundi les forces ukrainiennes de bombarder la plus grande centrale nucléaire d'Europe, celle de Zaporijjia en Ukraine, occupée par l'armée russe. Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a brandi, lui, le spectre de la catastrophe de Tchernobyl.

Les deux belligérants s'accusent mutuellement depuis vendredi de bombarder cette centrale située dans le sud de l'Ukraine et tombée au début mars aux mains des soldats russes, sans qu'aucune source indépendante ne puisse confirmer

Moscou a souligné lundi que le bombardement de la centrale de Zaporijjia "pourrait avoir des conséquences catastrophiques pour une vaste zone, y compris pour le territoire européen", tandis que le président Zelensky a mis en garde contre une répétition de la plus grande catastrophe du nucléaire civil, survenue dans son pays en 1986.

"Le monde ne doit pas oublier Tchernobyl [...] La catastrophe de Tchernobyl, c'est l'explosion d'un réacteur et la centrale de Zaporijjia est dotée de six réacteurs", a-t-il martelé dans la soirée.

Région minée

"Il devrait y avoir une mission de gardiens de la paix qui inclurait aussi des experts de l'AIEA", l'agence internationale de l'énergie atomique, a jugé le patron de la compagnie ukrainienne Energoatom, Petro Kotine, à la suite des frappes de vendredi et samedi dont la Russie et l'Ukraine s'imputent mutuellement la responsabilité.

"Des Ukrainiens contrôlent les installations des réacteurs" et "il n'y a aucune information sur le fait qu'elles aient été minées", a-t-il assuré, mais "les Russes ont miné la côte près de la centrale" et "il y a probablement des voitures chargées d'explosifs près du premier et du second réacteur".

Le ministère russe de la défense a affirmé que le dernier bombardement, ce week-end, avait endommagé une ligne à haute tension fournissant de l'électricité à deux régions ukrainiennes.

"Nous continuons à appeler la Russie à cesser toutes ses opérations militaires dans et autour des centrales nucléaires ukrainiennes et à en redonner le contrôle à l'Ukraine", a exhorté lundi la Maison-Blanche. "Heureusement, nous n'avons aucune indication d'une augmentation anormale des niveaux de radioactivité", a-t-elle ajouté.

Traité de désarmement mis à mal

L'AIEA avait jugé samedi "de plus en plus alarmantes" les informations en provenance de Zaporijjia, dont l'un des réacteurs avait dû être arrêté après un bombardement la veille.

En pleine offensive russe en Ukraine, Moscou "a officiellement informé" lundi Washington que tous les sites militaires russes soumis à des inspections américaines dans le cadre du traité de désarmement New Start en seraient "temporairement exemptés". Il s'agit notamment des bases de tir de missiles, ainsi que des bases aériennes et navales où se trouvent des engins nucléaires.

"La Fédération de Russie est obligée de recourir à cette mesure [...] en raison des réalités existantes qui [...] privent la Russie de son droit d'effectuer des inspections" aux Etats-Unis, a déclaré la diplomatie russe.

New Start, qui limite les arsenaux des deux principales puissances nucléaires de la planète à un maximum de 1550 ogives déployées chacune, est le dernier accord bilatéral du genre les liant.

Nouvelle aide américaine

Washington a de son côté annoncé une nouvelle aide militaire d'un milliard de dollars à l'Ukraine, comprenant des munitions pour les systèmes d'artillerie de précision Himars, des missiles de courte et moyenne portées pour les systèmes de défense antiaérienne NASAMS, ainsi que les redoutables Javelin, des armes antichars.

La Banque mondiale fournira par ailleurs 4,5 milliards de dollars à l'Ukraine grâce à des fonds apportés par les États-Unis, afin d'aider le gouvernement à faire face aux "besoins urgents engendrés par la guerre".

Sur le terrain, l'armée ukrainienne a affirmé avoir de nouveau frappé dans la nuit de dimanche à lundi le pont stratégique d'Antonivski enjambant le Dniepr à Kherson, une ville du dud prise le 3 mars par l'armée russe.

L'état-major ukrainien a en outre signalé des attaques repoussées "dans la direction de Sloviansk" et contre Bakhmout, dans l'est, tandis que "les Russes continuaient de bombarder" dans plusieurs autres régions, dont celles de Kharkiv et de Zaporijjia.

Plus de 70'000 Russes tués ou blessés

Dans cette dernière province en partie occupée, les autorités nommées par Moscou ont annoncé lundi officiellement entamer des préparatifs en vue de l'organisation d'un référendum sur son rattachement à la Russie.

Par ailleurs, des missiles Himars ont frappé les forces russes à Melitopol, une autre cité qu'elles ont conquise dans le sud de l'Ukraine, selon son maire Ivan Fedorov. Au total, selon le Pentagone, "70'000 à 80'000 soldats" russes ont été tués ou blessés depuis le début, le 24 février, de l'invasion de l'Ukraine.

Les services de sécurité ukrainiens ont par ailleurs affirmé avoir déjoué une tentative d'assassinat du ministre de la Défense et du chef du renseignement militaire.

ats, afp

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11