La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

L’adultère ne trompe plus personne

Meryl Streep et Clint Eastwood: en 1995, sur la route de Madison, comme l’adultère était joli! © DR
Meryl Streep et Clint Eastwood: en 1995, sur la route de Madison, comme l’adultère était joli! © DR
Partager cet article sur:
Publié le 08.11.2021

Pascal Bertschy

Le mot de la fin

En Iran, un homme âgé de 27 ans et sa maîtresse de 33 ans viennent d’être condamnés à mort pour adultère. Seul moyen d’échapper à la lapidation ou à la pendaison: recevoir le pardon de la famille d’une victime, auquel cas la sentence n’est pas exécutée.

C’est terrible et, au passage, cela rappelle d’autres sévérités. Les nôtres: dans nos contrées, il y a seulement cinquante ou soixante ans, nous avions la même ouverture d’esprit envers le cocufiage que l’Arabie saoudite et l’Iran aujourd’hui.

Non, l’Europe ne badinait pas non plus avec l’infidélité. Tous ces hommes qui jugeaient la tromperie de leur épouse comme une injure mortelle faite à leur virilité. Et toutes ces femmes adultères qui, après s’&e

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00