La Liberté

Les Romands bientôt sans romans

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
A l’enseigne du Roman des Romands, un auteur – ici Thomas Sandoz – parle de littérature avec des collégiens fribourgeois. © Vincent Murith-archives
A l’enseigne du Roman des Romands, un auteur – ici Thomas Sandoz – parle de littérature avec des collégiens fribourgeois. © Vincent Murith-archives
Partager cet article sur:
16.10.2021

Michaël Perruchoud

Le mot de la fin

Pierre Desproges disait aimer «les bordeaux vieux et les auteurs morts». Et s’il est vrai que la grande littérature ne prend pas la poussière au fil des ans, qu’elle n’est soumise à nulle date de péremption, il ne faut pas oublier les vivants.

Ceux qui aujourd’hui prennent la plume peinent bien souvent à se faire connaître. Si le local a la cote lorsqu’on parle de nourriture ou d’artisanat, il n’est pas un bon argument de vente dans les librairies.

Fabienne Althaus Humerose était enseignante. Si elle comprenait le besoin de transmettre le goût de Montaigne, Camus ou Rimbaud aux adolescents, elle était peinée que l’on puisse traverser des années de collège sans jamais ouvrir le roman d’un auteur contemporain, s’imprégner d’une œuvre à laquelle le tombeau n’avait

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00