La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Cultiver son jadis

Pour l’illustratrice Albertine, qui signe à la gouache une belle série de solitudes bleutées, «la nostalgie n’est pas triste, elle est silencieuse, un peu vaporeuse». © Albertine/Musée Alexis Forel, Morges
Pour l’illustratrice Albertine, qui signe à la gouache une belle série de solitudes bleutées, «la nostalgie n’est pas triste, elle est silencieuse, un peu vaporeuse». © Albertine/Musée Alexis Forel, Morges
Partager cet article sur:
Publié le 19.11.2021

La nostalgie, ce curieux mal helvétique aux résonances fribourgeoises, s’exprime au pluriel dans une exposition aux douleurs douces. Visite

Thierry Raboud

Morges » Tous exilés, tous nostalgiques. Un sentiment universel, lié à la perte d’un territoire intime et au désir inassouvi d’y retourner. Autant dire qu’elle se porte bien, en ces temps de sève descendante, où l’âme se replie au creux des vagues scélérates de l’actualité! D’autant plus belles sont ces Nostalgies mises à l’honneur par le Musée Alexis Forel, à Morges.

Nostalgie plurielle, car 22 artistes ont répondu à l’appel de l’institution vaudoise pour composer cette cartographie des bonheurs évanouis, tout à la fois esthétique, musicale et littéraire (lire plus bas). «J’avais le projet de travailler sur la nostalgie avec un regard patrimonial, notamment à travers l’œuvre de Fellini. Mais la pandémie nous a incités à faire plut&

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00