La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Ozark lave plus blanc que blanc

Série Netflix avec Jason Bateman et Laura Linney, Ozark met la famille à l’épreuve de la criminalité dans une quatrième saison détonante

Le blanchiment d’argent – et ses désagréments – n’a plus de secrets pour Marty (Jason Bateman) et Wendy (Laura Linney). © Netflix
Le blanchiment d’argent – et ses désagréments – n’a plus de secrets pour Marty (Jason Bateman) et Wendy (Laura Linney). © Netflix

Olivier Wyser

Publié le 29.01.2022

Temps de lecture estimé : 3 minutes

Partager cet article sur:

Ecrans » Une série qui, tel le bon vin, se bonifie avec le temps, sans tourner au vinaigre… C’est suffisamment rare pour être souligné. Et c’est exactement le tracé que suit la série Netflix Ozark. A son lancement en 2017, le programme reprenait plus ou moins les choses là où Breaking Bad – l’une des séries les plus influentes de ces 15 dernières années – les avait laissées quelque temps plus tôt: une famille américaine sans histoire fricote avec la pègre dans une spirale criminelle qui n’en finit plus.

Si Walter White de Breaking Bad était un professeur de chimie se lançant dans la production de crystal meth, Marty Byrde d’Ozark (Jason Bateman) est quant à lui un conseiller financier de Chicago, bon père de famille qui roule en break, aspiré malgré lui par son associé véreux dans le blanchiment d’argent sale en provenance de narcotrafiquants mexicains. La formule n’était pas forcément de première fraîcheur.

Tension et suspense

Mais alors que la quatrième saison d’Ozark

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00