La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Essai: Matthieu Mégevand, chérir les belles choses

Essai: Matthieu Mégevand, chérir les belles choses
Essai: Matthieu Mégevand, chérir les belles choses

Geneviève Bridel

Publié le 24.05.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Comme après, septième livre de Matthieu Mégevand, conjugue deux refus apparemment contradictoires: celui d’oublier qu’il a failli mourir et celui de vivre dans la peur de la maladie. Dans un récit sur le fil du rasoir, le Genevois, auteur d’une trilogie sur la création artistique distinguée par trois prix littéraires, parcourt les 20 années écoulées depuis la découverte de son lymphome à l’âge de 21 ans. Avec une sincérité qui frôlerait la complaisance sans la concision de son écriture, l’auteur n’omet rien du séisme moral et physique qui suit la conscience d’avoir frôlé la mort.

Passant par différents états d’esprit: euphorique ou hypocondriaque, mystique ou sceptique, il a «pris un temps considérable à tenter de soigner, ou plutôt à tenter de cohabiter avec la large entaille que la maladie a laissée». Vers la fin de son récit (il a presque 40 ans), Mégevand s’alarme de maux de tête persistants; il se remémore alors les belles choses de la vie qu’il craint de perdre. Tout dan

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11