La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Plurilinguisme: Une revue pour éviter que la Suisse littéraire «ne se tourne le dos»

En quête de nouveaux financements, la revue littéraire trilingue Viceversa est un formidable miroir de la Suisse qui écrit. Entretien avec sa directrice Ruth Gantert.

Ce numéro fait la part belle aux hybridités fantasmatiques de l’artiste vaudoise Lucie Kohler. © Viceversa
Ce numéro fait la part belle aux hybridités fantasmatiques de l’artiste vaudoise Lucie Kohler. © Viceversa

Thierry Raboud

Publié le 24.05.2024

Temps de lecture estimé : 3 minutes

«Agir à un certain endroit avec sa propre langue, dans la conscience de toutes les autres langues.» Voilà, peut-être, qui résume la vocation d’écrire dans ce pays qui est un amalgame culturel, une symphonie concertante. Profession de foi littéraire signée de l’écrivaine zurichoise Annette Hug, que l’on trouve au cœur du nouveau numéro de Viceversa, dont elle résume bien l’esprit.

Car s’il fallait un livre pour saisir la Suisse qui écrit, ce serait celui-ci, ou ceux qui l’ont précédé, ou ceux qui suivront – espérons. Au fil de ces pages, des entretiens avec l’insaisissable Corinne Desarzens, plume romande majeure, une plongée dans l’œuvre décentrée de Hug ou dans l’esthétique concise du poète tessinois Leopoldo Lonati, des inédits de Grisélidis Réal et des prometteurs Asa Hendry ou Isabel Garcia Gomez, le tout soigneusement édité, illustré, traduit. Oui, cette revue annuelle, déclinée en trois langues et éditions distinctes, complétée d’une précieuse plateforme numérique où l’a

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11