La Liberté

Estavayer manque d’audace

François Jeanprêtre, Estavayer-le-Lac

Publié le 29.01.2024

Temps de lecture estimé : 1 minute

Consultez le procès-verbal (p. 16-18) du Conseil général du 20 décembre de la commune d’Estavayer, vous serez édifiés! Toutes les entreprises le savent, la base d’une politique du personnel est bien d’aider son personnel à supporter le choc de la baisse de son niveau de vie, en adaptant les salaires pour permettre, au moins, de compenser la hausse du coût de la vie. Ce qu’ont parfaitement compris le conseiller général Steve Pillonel et une poignée de ses collègues, demandant que les salaires ne soient pas indexés par un pourcentage inéquitable dans ses effets, mais qu’un forfait en francs soit accordé à tous les employés, pour compenser la hausse des principaux postes de dépenses d’un ménage.

En effet, si on applique 1% d’indexation à un petit salaire, disons de 5000 fr., cela représente une hausse de 50 fr. par mois alors que pour un salaire qui fait le double, l’effet est de 100 fr. par mois pour couvrir la même hausse du coût de la vie. Le conseiller communal chargé des finances ironise en arguant que ça serait «comme si le boulanger fixait le niveau du pain en fonction du revenu de l’acheteur»… Et encore qu’une commune n’a pas à faire une politique sociale, mais doit se contenter d’une politique salariale; pourtant, tout un chacun sait bien que les deux sont intimement liées. Enfin, que cela n’est pas 1% d’indexation qui va faciliter l’engagement de personnel.

Dans notre pays, la Confédération a pratiqué ainsi, de même plusieurs entreprises et cantons: jumeler un forfait compensant le coût de la vie et une modeste indexation rehaussant l’ensemble des classes de salaires. Dans ce sens, notre Conseil communal n’est pas très inspiré…

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Une gratuité qui coûte cher…

    Le 9 juin, les citoyennes et citoyens de la capitale sont invités à se prononcer sur l’initiative «Pour une première heure de parking gratuite en ville de...
  • N’opposons pas ville et campagne

    Opposer les gens de la ville à ceux de la campagne comme le fait la gauche plurielle sur l’argumentation s’agissant de l’initiative de la première heure de...
  • Cette perte d’attractivité nuit aux commerçants

    La politique hostile aux automobilistes menée ces dernières années par l’Exécutif de la ville de Fribourg contraint une partie du monde politique et associatif...
  • La ville sera plus accueillante

    L’initiative communale pour la première heure gratuite sur laquelle nous voterons le 9 juin en ville de Fribourg n’est certes pas la panacée, mais elle va dans...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11