La Liberté

Le bouchon poussé trop loin

Eric Dardenne, Pont-la-Ville

Publié le 02.03.2024

Temps de lecture estimé : 2 minutes

En tant qu’ancien journaliste parlementaire, je me rallie volontiers à l’essentiel de l’éditorial sur «Le procès de la liberté de la presse» (1.2) soutenant M. Jean-Marc Angéloz, journaliste dont le procès pourrait mettre à mal cette liberté. Oui, elle est fondamentale pour le bon fonctionnement de la démocratie. Oui, toute atteinte à son intégrité fragilise le subtil équilibre existant entre les trois pouvoirs qui la régissent. La justice, l’exécutif et le législatif doivent pouvoir s’appuyer sur une presse impartiale et libre avec comme corollaire des journalistes bien formés, conscients de l’importance de leur fonction, ce qui est le cas dans notre pays.

Là où mon opinion diverge, c’est quand le rédacteur en chef écrit que M. Angéloz a «tout simplement fait son métier». Non, il a poussé le bouchon bien trop loin en violation des règles de bienséance. M. Godel, ancien homme fort du gouvernement, a sidéré ses ex-collègues, entre autres en tenant des propos malséants rabaissant l’une de ses anciennes collègues. Il a fait son mea culpa. Bravo à lui. Il a admis – et là j’ai dû me pincer pour m’assurer que je ne rêvais pas – qu’il aurait dû relire son manuscrit. Il eût été bon qu’il reconnaisse qu’il n’aurait jamais dû l’envisager.

M. Angéloz s’est fait l’écho de rumeurs peu flatteuses au sujet du procureur général. Or, il convient de savoir faire le départ entre vie professionnelle et vie privée. Pour ma part, j’ai pour habitude de relire mes écrits à tête reposée le lendemain, car la nuit porte conseil. Soit je les corrige, soit ils vont à la corbeille à papier. C’est, à mon humble avis, ce qu’auraient dû faire ces deux sieurs avec leur brûlot.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
  • Une gratuité qui coûte cher…

    Le 9 juin, les citoyennes et citoyens de la capitale sont invités à se prononcer sur l’initiative «Pour une première heure de parking gratuite en ville de...
  • N’opposons pas ville et campagne

    Opposer les gens de la ville à ceux de la campagne comme le fait la gauche plurielle sur l’argumentation s’agissant de l’initiative de la première heure de...
  • Cette perte d’attractivité nuit aux commerçants

    La politique hostile aux automobilistes menée ces dernières années par l’Exécutif de la ville de Fribourg contraint une partie du monde politique et associatif...
  • La ville sera plus accueillante

    L’initiative communale pour la première heure gratuite sur laquelle nous voterons le 9 juin en ville de Fribourg n’est certes pas la panacée, mais elle va dans...
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11