La Liberté

Le pétrole est sur la sellette

Publié le 28.12.2021

Temps de lecture estimé : 1 minute

Partager cet article sur:

Energie » La sortie de l’ère pétrolière a animé les débats durant cette année. 

Avec la crise climatique, la fin du pétrole a été au centre des discussions cette année comme jamais, mais mettre fin à la dépendance mondiale à l’égard de l’or noir va encore demander des efforts colossaux. «En 2021, plusieurs développements ont montré clairement que cette industrie n’a pas d’avenir», se réjouit Romain Ioualalen, de l’ONG Oil Change International.
L’Agence internationale de l’énergie (AIE) a publié au printemps un rapport choc préconisant l’arrêt immédiat de tout nouvel investissement dans des ressources fossiles. Autre moment marquant, la COP26 de l’ONU sur le climat à Glasgow, au cours de laquelle une coalition de pays – sans grand producteur toutefois – s’est engagée à sortir des énergies fossiles.
Ces dernières, qui représentent 80% de l’énergie consommée, ont été explicitement désignées responsables du changement climatique à la COP, ce qui n’était pas le cas à l’époque de l’Accord de Paris en 2015. «Il n’est plus tabou de parler de la fin de l’extraction des hydrocarbures lors des réunions internationales sur le climat», souligne Romain Ioualalen.

«On savait depuis plusieurs années que la fin du pétrole brut et des condensats (sorte de pétrole léger, ndlr) est proche», note Moez Ajmi, du cabinet EY. «Mais est-ce que le monde est prêt à vivre sans pétrole? La dépendance est encore très forte de mon point de vue.»
L’AIE elle-même estime d’ailleurs que la demande pétrolière mondiale va poursuivre son rebond pour atteindre l’an prochain des niveaux pré-Covid-19, non loin de 100 millions de barils par jour.  ATS/AWP

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00