La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Odessa, ville tiraillée

Dans cette ville portuaire presque épargnée par la guerre, le nationalisme se heurte aux vieux démons

Jaune et bleu: à Odessa, les couleurs du drapeau ukrainien se retrouvent un peu partout, même sur les pâtisseries servies lors de la Pâque orthodoxe. © Keystone
Jaune et bleu: à Odessa, les couleurs du drapeau ukrainien se retrouvent un peu partout, même sur les pâtisseries servies lors de la Pâque orthodoxe. © Keystone

Laurence D’Hondt, Odessa

Publié le 28.04.2022

Temps de lecture estimé : 8 minutes

Partager cet article sur:

Ukraine » Plusieurs missiles visant selon l’armée russe des cibles militaires ont tué huit personnes à Odessa à la veille de Pâques, dont un bébé. Les regards du monde se sont soudain tournés vers le point d’impact, y lisant anxieusement les signes d’une attaque russe imminente. Des images de l’enfant, de sa mère et de sa grand-mère morts d’un seul coup dans un immeuble d’habitation ont circulé sur les smartphones de la ville, chacun y déchiffrant sa proximité géographique ou familiale avec ces premières victimes civiles tombées dans la ville impériale.

Mais dès le lendemain, ce port de la mer Noire, bijou architectural bigarré, peuplé d’une élite russophone cultivée autant que d’une faune portuaire tatouée, retrouvait la nonchalance de ses habitudes. A l’

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11