La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Travailleuses du sexe sollicitées malgré les restrictions

Fortement précarisées par la première vague, les travailleuses du sexe ont parfois pris le risque de céder à certains clients cet automne. Keystone
Fortement précarisées par la première vague, les travailleuses du sexe ont parfois pris le risque de céder à certains clients cet automne. Keystone
Partager cet article sur:
Publié le 05.01.2021

Les travailleuses du sexe ont parfois eu affaire à des clients insistants en pleine deuxième vague

 

Zoé Lüthi

Prostitution » Malgré son interdiction dans le canton de Fribourg entre le 4 novembre et le 18 décembre à cause de la deuxième vague de Covid-19, le secteur du sexe tarifé a été très sollicité par les clients à la même période. Sentiment d’injustice et précarité ont mené certaines travailleuses à enfreindre la loi.

«Si les sites de rencontre n’ont pas été interdits, il n’y avait pas de raison que les rencontres tarifées le soient», estime Loïc Duc, le tenancier du Centre Relax de Bulle. Le 10 décembre, il a été déçu de ne pas pouvoir rouvrir en même temps que les bars. «Ceux qui n’ont pas fait de rencontre pendant la soirée rentraient seuls alors qu’ils auraient eu envie de venir passer un bon moment chez nous» lance-t-il.

<

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00