La Liberté

Ils sont sur la même longueur d’onde

Beat Feuz devance Marco Odermatt pour un premier doublé suisse sur la Streif depuis 1992

Marco Odermatt (à gauche) et Beat Feuz ont donné une leçon d’efficacité. © Keystone
Marco Odermatt (à gauche) et Beat Feuz ont donné une leçon d’efficacité. © Keystone
Publié le 24.01.2022

Temps de lecture estimé : 11 minutes

Partager cet article sur:

Messieurs » Beat Feuz a apporté la plus belle des réponses à Kitzbühel. Modeste huitième vendredi, le Bernois a triomphé pour la troisième fois en descente sur la Streif dimanche, lui qui s’était imposé à deux reprises l’an dernier. La Suisse a même réussi un doublé, Marco Odermatt terminant 2e à 0’’21.

Privée de podium vendredi pour la première fois depuis février 2020 en descente, l’équipe de Suisse a donc parfaitement réagi. En premier lieu Beat Feuz. En souffrance vendredi, l’Emmentalois a forcé la décision dans le schuss final dimanche pour s’offrir un 16e succès en Coupe du monde, le 13e dans la discipline-reine.

Une disette d’un an

Le quadruple détenteur du Globe de la spécialité débloque ainsi son compteur en cette saison 2021/22, quelques jours après la naissance de sa deuxième fille. Il avait même laissé échapper la victoire lors des neuf précédentes descentes de Coupe du monde, son dernier succès remontant justement à Kitzbühel l’an dernier.

«Cela m’aide quand on part de tout en haut. Dans la partie centrale, j’ai pu prendre toute la vitesse souhaitée en direction de la Hausbergkante. C’est là que j’avais commis deux erreurs stupides vendredi» sur un tracé légèrement raccourci, a analysé Beat Feuz, qui a décroché son 45e podium en descente.

L’avènement de Marco Odermatt en descente lui profite d’ailleurs aussi: «ça nous fait du bien à tous les deux», a souligné Beat Feuz. «C’est un jeune insolent qui dévale la Streif sans trop réfléchir. J’ai probablement quelques idées en plus dans la tête. Nous nous complétons bien et sommes sur la même longueur d’onde».

Toujours aussi impressionnant, Marco Odermatt s’offre lui son 11e podium de l’hiver en 17 courses disputées, le troisième en descente. Déjà 2e à Bormio puis lors de la première descente de Wengen, le prodige nidwaldien aurait même pu fêter son premier succès dans la discipline-reine sans une petite faute commise dans la traverse.

Ils écrasent la concurrence

Les deux compères ont d’ailleurs permis à la Suisse de fêter son premier doublé sur la Streif depuis 1992, lorsque Franz Heinzer, Daniel Mahrer et Xavier Gigandet avaient signé un triplé helvétique. Le dernier doublé suisse dans la discipline-reine remontait au mois de novembre 2018, à Beaver Creek (Feuz devant Mauro Caviezel).

Beat Feuz et Marco Odermatt ont même écrasé la concurrence dimanche après-midi. Troisième, l’Autrichien Daniel Hemetsberger a ainsi concédé 0’’90 à Beat Feuz, qui se replace par ailleurs au 2e rang du classement de descente à deux courses de la fin à seulement huit longueurs du leader Aleksander Aamodt Kilde (6e dimanche). ATS

Les classements

Kitzbühel (AUT). Slalom (samedi): 1. Dave Ryding (GBR) 1’41’’26. 2. Lucas Braathen (NOR) à 0’’38. 3. Henrik Kristoffersen (NOR) à 0’’65. 4. Michael Matt (AUT) à 0’’78. 5. Johannes Strolz (AUT) à 0’’80. 6. Tommaso Sala (ITA) à 0’’86. 7. Loïc Meillard (SUI) à 0’’88. 8. Marc Rochat (SUI) à 0’’96. 9. Simon Maurberger (ITA) à 1’’01. 10. Filip Zubcic (CRO) à 1’’09. Puis: 13. Luca Aerni (SUI) à 1’’49. 19 des 30 finalistes classés. Notamment éliminés en 2e manche: Ramon Zenhäusern (SUI/17e de la 1re manche), Daniel Yule (SUI/20e), Sandro Simonet (SUI/22e), Noel von Grünigen (SUI/26e). Notamment éliminés en 1re manche: Tanguy Nef (SUI), Reto Schmidiger (SUI).

Descente (dimanche): 1. Beat Feuz (SUI) 1’56’’68. 2. Marco Odermatt (SUI) à 0’’21. 3. Daniel Hemetsberger (AUT) à 0’’90. 4. Matthias Mayer (AUT) à 0’’94. 5. Johan Clarey (FRA) à 1’’17. 6. Aleksander Aamodt Kilde (NOR) à 1’’24. 7. Dominik Paris (ITA) à 1’’27. 8. Niels Hintermann (SUI) à 1’’42. 9. Christof Innerhof (ITA) à 1’’43. 10. Daniel Danklmaier (AUT) à 1’’49. Puis: 24. Urs Kryenbühl (SUI) à 2’’66. 25. Gilles Roulin (SUI) à 2’’72. 34. Stefan Rogentin (SUI) à 3’’35. 41. Ralph Weber (SUI) à 3’’71. 50 partants, 44 classés. Notamment éliminé: Yannick Chabloz (SUI).

Coupe du monde messieurs. Général (24/35): 1. Marco Odermatt (SUI) 1200. 2. Aleksander Kilde (NOR) 825. 3. Matthias Mayer (AUT) 692. 4. Beat Feuz (SUI) 579. 5. Vincent Kriechmayr (AUT) 564. Puis: 11. Loïc Meillard 308. 12. Niels Hintermann 303. 19. Justin Murisier 217. 22. Stefan Rogentin 205. 25. Gino Caviezel 189.

Slalom (5/9): 1. Lucas Braathen (NOR) 235. 2. Sebastian Foss-Solevaag (NOR) 180. 3. Yule 162. 4. Dave Ryding (GBR) 160. Puis: 6. Meillard 152. 16. Zenhäusern 88. 18. Aerni 79. 25. Rochat 59.

Descente (8/10): 1. Kilde 445. 2. Feuz 437. 3. Mayer 402. 4. Odermatt 401. 5. Paris 356. 6. Kriechmayr 325. 7. Hintermann 272. Puis: 23. Rogentin 78. 29. Urs Kryenbühl (SUI) 49.


Dave Ryding écrit l’histoire

Dave Ryding a écrit une page d’histoire du ski alpin samedi. Vainqueur du slalom de Kitzbühel, il a offert à la Grande-Bretagne son premier succès en Coupe du monde. Sixième de la première manche, Dave Ryding a parfaitement négocié les pièges du second parcours pour triompher au terme d’un slalom au scénario improbable. Il a notamment profité des fautes commises par Alex Vinatzer et Clément Noël, respectivement 1er et 2e sur le premier tracé mais tous deux classés hors du top 10. Dave Ryding, qui s’était déjà illustré à Kitzbühel (2e en 2017), s’est imposé avec 0’’38 d’avance sur son dauphin norvégien Lucas Braathen. Ce dernier s’empare ainsi de la première place du classement de la discipline, six jours après avoir triomphé à Wengen où il ne pointait qu’au 29e rang après la première manche. ATS


Kolly et Monney mi-figue mi-raisin

A Cortina, la Rochoise s’est classée 29e de la descente samedi et a connu la sortie de piste hier dans le super-G. Eliminé vendredi sur la Streif, le Châtelois n’a pas participé à la seconde descente de Kitzbühel.

A Cortina d’Ampezzo, Noémie Kolly n’est pas parvenue à rééditer ses performances de Zauchensee où, une semaine plus tôt, elle s’était classée 14e de la descente (son meilleur résultat dans la discipline en Coupe du monde) et 29e du super-G. Le week-end italien de la Rochoise s’est en effet avéré plus compliqué. Samedi, sur une piste où elle n’avait pas trouvé ses marques lors des entraînements (57e et 49e), elle a néanmoins réussi à se hisser au 29e rang, à 1’’70 de Sofia Gioggia. Une forme d’exploit à l’occasion de cette descente raccourcie d’une trentaine de secondes en raison du vent. «Je n’arrive pas à attaquer à l’entraînement comme en course. J’ai eu beaucoup de chutes et j’ai de la peine à prendre, entre guillemets, des risques inutiles, explique-t-elle. A l’entraînement, je cherche plutôt à avoir les bonnes lignes, mais là, sur cette piste, je n’y parvenais pas, reprend-elle. Je suis donc assez contente de ma 29e place, surtout avec ce départ abaissé et une portion de glisse juste derrière où j’ai eu le vent de face.»

Hier dans le super-G, la Gruérienne a manqué une porte après une trentaine de secondes de course. Elle fait partie des 22 (!) skieuses n’ayant pas rallié l’arrivée. «J’avais de la peine à prendre mes virages sur cette neige et je suis sortie. C’est aussi une question de matériel. Je n’ai peut-être pas trouvé les bons réglages», estime-t-elle.

Noémie Kolly se rendra mercredi à Garmisch, où une descente et un super-G sont programmés le week-end prochain. Une station bavaroise qui lui rappelle d’ailleurs de bons souvenirs. La Gruérienne ne s’y était-elle pas classée 29e de la descente, le 27 janvier 2019, à l’occasion de son baptême du feu en Coupe du monde?

A Kitzbühel, où il avait connu l’élimination vendredi en enfourchant une porte à la sortie de l’Hausbergkante, Alexis Monney n’a pas obtenu de seconde chance dans la deuxième descente d’hier. «J’ai bien discuté avec mes entraîneurs et il était préférable pour moi de prendre un jour de repos avant les courses de Coupe d’Europe de Saalbach cette semaine (deux descentes et un super-G, ndlr). Il n’y a aucune frustration», assure le skieur de Fruence qui, malgré sa non-sélection et son élimination vendredi, tire un bilan positif de sa deuxième expérience en Coupe du monde: «Je suis content d’avoir pu venir ici, d’autant que je ne m’y attendais pas du tout après un début de saison en Coupe d’Europe où je manque de régularité, confie-t-il. J’ai eu la chance de faire deux entraînements et une course sur la Streif. J’ai pu découvrir l’ambiance, la piste… Ce n’est que du bonus pour les années à venir.» PAscal Dupasquier


Gisin sur le podium, Goggia blessée

Dames » Dames Michelle Gisin s’est offert le deuxième podium de sa carrière en super-G dimanche à Cortina. L’Obwaldienne a pris la 3e place d’une course remportée par l’Italienne Elena Curtoni et marquée par la chute de Sofia Goggia.

Ce podium est le troisième de l’hiver pour Michelle Gisin, 3e en géant à Courchevel puis en slalom à Lienz à la fin décembre. Elle n’était jusqu’ici montée qu’une seule fois sur la «boîte» en super-G, en décembre 2017 à St-Moritz (2e place), et n’avait pas fait mieux que 10e dans la discipline cette saison.

Victorieuse en descente, Sofia Goggia a pour sa part été victime dimanche d’une nouvelle terrible cabriole. L’Italienne souffre d’une entorse au genou gauche avec une lésion partielle du ligament croisé déjà opéré en 2013 et d’une petite fracture du péroné. Sofia Goggia veut défendre son titre olympique de descente le mardi 15 février en Chine. «C’est un coup d’arrêt malvenu à un moment aussi important. Je vais commencer la physiothérapie pour essayer de défendre le titre olympique dans la discipline que j’aime le plus», a-t-elle annoncé. ATS

Les classements

Cortina d’Ampezzo (ITA). Descente (samedi): 1. Sofia Goggia (ITA) 1’06’’98. 2. Ramona Siebenhofer (SUI) à 0’’20. 3. Ester Ledecka (CZE) à 0’’26. 4. Corinne Suter (SUI) à 0’’33. 5. Mirjam Puchner (AUT) à 0’’37. 6. Michelle Gisin (SUI) à 0’’44. 7. Elisabeth Reisinger (AUT) à 0’’57. 8. Ragnhild Mowinckel (NOR) à 0’’59. 9. Lara Gut-Behrami (SUI) à 0’’68. Puis: 12. Priska Nufer (SUI) à 0’’99. 23. Jasmine Flury (SUI) à 1’’39. 29. Noémie Kolly (SUI) à 1’’70. 31. Jasmina Suter (SUI) à 1’’80. 47. Delia Durrer (SUI) à 3’’72. 51 partantes, 49 classées. Notamment éliminée: Joana Hählen (SUI).

Super-G (dimanche): 1. Elena Curtoni (ITA) 1’20’’98. 2. Tamara Tippler (AUT) à 0’’09. 3. Gisin à 0’’24. 4. Federica Brignone (ITA) à 0’’32. 5. Corinne Suter à 0’’44. 6. Tessa Worley (FRA) à 0’’54. 7. Mowinckel à 0’’59. 8. Ledecka à 0’’61. 9. Alice Robinson (NZL) à 0’’62. 10. Puchner à 0’’66. 11. Flury à 0’’67. Puis: 13. Gut-Behrami à 0’’83. 18. Hählen à 1’’18. 22. Jasmina Suter à 1’’81. 25. Stephanie Jenal (SUI) à 2’’32. 29. Nufer à 2’’70. 30. Durrer à 3’’18. 57 partantes, 35 classées. Notamment éliminées: Kolly, Goggia.

Coupe du monde dames. Général (24/37): 1. Shiffrin 981. 2. Petra Vlhova (SVK) 929. 3. Goggia 769. 4. Brignone 609. 5. Sara Hector (SWE) 582. Puis: 7. Gut-Behrami 518. 8. Gisin 485. 10. Corinne Suter 438. 12. Wendy Holdener (SUI) 421. 25. Camille Rast (SUI) 199. 26. Flury 197. Descente (5/9): 1. Goggia 400. 2. Siebenhofer 264. 3. Breezy Johnson (USA) 240. 4. Corinne Suter 231. Puis: 8. Gut-Behrami 151. 18. Flury 74. 20. Gisin 66. 21. Priska Nufer 60. 27. Hählen 38. 30. Kolly 27. Super-G (6/9): 1. Brignone 377. 2. Curtoni 348. 3. Goggia 332. 4. Gut-Behrami 226. Puis: 8. Corinne Suter 194. 14. Flury 123. 15. Gisin 104. 18. Hählen 85. 26. Holdener 52. 30. Nufer 30.

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00