La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

Le cas Bardet, une prise de conscience

L’Union cycliste internationale (UCI) a adopté un protocole pour mettre la commotion cérébrale hors jeu

Même s’ils ont l’habitude de souffrir, les cyclistes se font parfois très mal sans vraiment le vouloir. © Keystone-archive
Même s’ils ont l’habitude de souffrir, les cyclistes se font parfois très mal sans vraiment le vouloir. © Keystone-archive

Jean-Bernard Paillisser

Publié le 11.03.2021

Temps de lecture estimé : 7 minutes

Partager cet article sur:

Cyclisme » La chute spectaculaire de Romain Bardet lors du Tour de France 2020 et les conditions du diagnostic ont relancé le débat dans le milieu cycliste. Afin que la commotion ne soit plus une fatalité, l’UCI a mis en place un protocole tout neuf, applicable à toutes les courses depuis cette saison. Le mal, sournois, exige en effet une détection rapide et une prise en charge médicale adaptée.

L’objectif de Xavier Bigard, directeur médical de l’UCI et cheville ouvrière de ce protocole, est de déceler les commotions et d’assurer leur traçabilité dans la traumatologie du cyclisme. Le professeur affirme: «Nous espérons une meilleure prise de conscience des lésions neurologiques intervenant lors d’accidents. Ainsi, l’UCI réalisera un historique de ces incidents tout au long de la carrière des coureurs, un suivi avec

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00