La Liberté

Kilde s’est offert un rare doublé

Vainqueur à Wengen il y a une semaine, le Norvégien s’est imposé à Kitzbühel. Marco Odermatt finit 5e

Une semaine après Wengen, Aleksander Aamodt Kilde en a remis une couche à Kitzbühel. © Keystone
Une semaine après Wengen, Aleksander Aamodt Kilde en a remis une couche à Kitzbühel. © Keystone
Publié le 22.01.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Ski alpin » La première des deux descentes de Coupe du monde programmées à Kitzbühel n’a pas souri aux Suisses. Meilleur Helvète, Marco Odermatt doit se contenter du 5e rang dans une course remportée par Aleksander Aamodt Kilde. Beat Feuz a quant à lui terminé 8e. Vainqueur sur le Lauberhorn une semaine plus tôt, Aleksander Aamodt Kilde (29 ans) s’est donc offert un rare doublé Wengen/Kitzbühel. Le Norvégien a devancé de 0’’42 le vétéran français Johan Clarey (41 ans) pour cueillir son sixième succès de la saison, soit autant que Marco Odermatt, et prendre la tête du classement de descente.

Deuxième puis 4e à Wengen dans la discipline reine, Marco Odermatt a manqué de peu son premier podium sur la Streif. Pas suffisamment rapide sur les parties de glisse, le Nidwaldien a échoué à 0’’78 du vainqueur et à 0’’15 de l’étonnant Français Blaise Giezendanner, qui a arraché la 3e place avec le dossard 43.

Marge de 335 points

«Bien sûr, finir 5e n’est jamais très agréable, surtout sur des descentes aussi légendaires», a concédé au micro de SRF Marco Odermatt, dont la marge sur Aleksander Aamodt Kilde au général est désormais de 335 points. «Quand on est si proche, on aimerait forcément pouvoir monter sur le podium», a-t-il poursuivi.

Une très belle série a donc pris fin hier pour les Suisses, qui avaient placé au moins un homme sur le podium à l’occasion des 15 précédentes descentes de Coupe du monde. Leur dernier échec avait été enregistré en février 2020, à Garmisch, où le meilleur Helvète – Beat Feuz en l’occurrence – s’était classé 6e.

Parcours raccourci

Principal artisan de cette série et double vainqueur l’an dernier en descente à Kitzbühel, Beat Feuz est resté loin de son meilleur niveau hier, sur un parcours raccourci en raison du vent. L’Emmentalois, qui a concédé 1’’14 à Aleksander Aamodt Kilde, recule au 3e rang du classement de la spécialité, à 68 unités du Norvégien.

Beat Feuz, qui a parlé d’une course difficile, tentera de prendre sa revanche demain sur la Streif. Mais il n’est pas au sommet de son art. «Mon corps fait actuellement un peu grève sur certaines courbes, c’est pourquoi j’ai un peu plus de mal que d’habitude», a-t-il souligné au micro de SRF. ats


Classements

Kitzbühel (AUT). Coupe du monde messieurs. Descente: 1. Aleksander Aamodt Kilde (NOR) 1’55’’92. 2. Johan Clarey (FRA) à 0’’42. 3. Blaise Giezendanner (FRA) à 0’’63. 4. Matthias Mayer (AUT) à 0’’67. 5. Marco Odermatt (SUI) à 0’’78. 6. James Crawford (CAN) à 1’’02. 7. Travis Ganong (USA) à 1’’06. 8. Beat Feuz (SUI) à 1’’14. 9. Niels Hintermann (SUI) à 1’’19. 10. Daniel Hemetsberger (AUT) à 1’’26. Puis: 19. Urs Kryenbühl (SUI) à 1’’83. 32. Gilles Roulin (SUI) à 2’’52. 36. Ralph Weber (SUI) à 2’’95. 39. Stefan Rogentin (SUI) à 3’’32. 51 partants, 43 classés. Notamment éliminé: Alexis Monney (SUI).

Général (22/35): 1. Marco Odermatt (SUI 1120. 2. Aleksander Kilde (NOR) 785. 3. Matthias Mayer (AUT) 642. 4. Vincent Kriechmayr (AUT) 544. 5. Beat Feuz (SUI) 479. 6. Alexis Pinturault (FRA) 411. Puis: 10. Loïc Meillard (SUI) 272. 11. Niels Hintermann (SUI) 271. 17. Justin Murisier (SUI) 217. 21. Stefan Rogentin (SUI) 205. 23. Gino Caviezel (SUI) 189. 30. Daniel Yule (SUI) 162.

Descente (7/10): 1. Kilde 405. 2. Mayer 352. 3. Feuz 337. 4. Odermatt 321. 5. Dominik Paris (ITA) 320. 6. Kriechmayr 305. 7. Hintermann 240. Puis: 23. Rogentin 78. 29. Urs Kryenbühl (SUI) 42.


Une grosse frayeur pour Alexis Monney

Eliminé, le skieur de Fruence n’a pas pu éviter la porte à la sortie de la traverse de l’Hausbergkante.

«J’étais bien dans la ligne. Malheureusement, j’ai déclenché mon virage une demi-seconde trop tôt et cela m’a fait enfourcher juste après. C’est dommage, mais heureusement que je ne me suis pas fait mal, car ça aurait pu être assez dangereux.» Quelques heures après sa grosse frayeur dans la première descente de Kitzbühel, Alexis Monney est partagé entre frustration et soulagement. Frustration d’avoir connu l’élimination après 1’45 de course sur la mythique Streif, où il s’alignait pour la première fois. Et soulagement de s’en être tiré sans mal, au moment où son ski a arraché l’un des deux piquets de la porte qui surplombe l’arrivée. «C’était la deuxième fois que je partais depuis quasiment tout en haut. C’est dommage de sortir, de commettre des fautes, mais cela fait partie de l’apprentissage», retient-il.

Parti sous les flocons avec le dossard No 48, Alexis Monney n’a pas bénéficié des mêmes conditions de visibilité que les cadors. «Dans la première partie, je ne voyais pas grand-chose, parce qu’il y avait du vent de face qui faisait remonter la neige de la piste, regrette-t-il. Je ne savais pas vraiment où je mettais mes pieds. Ceci dit, c’est comme ça, on fait un sport d’extérieur. Hier (jeudi, ndlr), j’ai eu un peu plus de chance que les autres lors de la descente de qualification et aujourd’hui, j’en ai eu beaucoup moins. Je le répète, ça fait partie du ski alpin.»

Hier en fin de journée, Alexis Monney ne savait pas encore s’il allait participer à la deuxième descente, programmée demain (11 h 30). «Je ne sais pas quand les entraîneurs vont l’annoncer. Si j’ai la chance de faire la course dimanche, je vais jouer ma carte à fond et tout donner. Et si ce n’est pas le cas, je serai quand même content d’avoir pu venir ici. Ce n’est que du bonus pour les années à venir.» PAD

Articles les plus lus
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00