La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

«Il faut passer à la vitesse supérieure»

La personne qui en frappe une autre dans un contexte domestique devrait être expulsée, pas la victime

Manifestation de femmes, en novembre dernier à Genève, à l’occasion de la Journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles. © Keystone
Manifestation de femmes, en novembre dernier à Genève, à l’occasion de la Journée internationale contre les violences sexistes et sexuelles. © Keystone
«Il faut passer à la vitesse supérieure»
«Il faut passer à la vitesse supérieure»

Ariane Gigon

Publié le 22.05.2022

Temps de lecture estimé : 5 minutes

Partager cet article sur:

Féminicides » Elles avaient 32, 54, 60 et 61 ans. Pour deux autres femmes, l’âge n’est pas connu. Leur point commun: avoir été tuées (depuis le début de l’année) par un homme, en Suisse. Face aux statistiques «qui ne sont que la partie visible» du problème, la Commission des affaires juridiques (CAJ) du Conseil national veut agir. Elle vient d’adopter plusieurs propositions de mesures, dont l’expulsion du domicile de l’auteur des violences.

Un record: «De 2010 à 2014, la Suisse était le seul pays d’Europe où les homicides avaient fait davantage de victimes parmi les femmes que parmi les hommes.» C’est le Conseil fédéral qui le constate, dans un des trois rapports adoptés fin 2021 en réponse à des interventions parlementaires consacrées à la lutte contre la violence dans le

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00