La Liberté

Infirmières en crise

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés
Spécialisées ou non, les infirmières manquent de soutien, croulent sous les heures supplémentaires et perdent la foi. © Keystone-prétexte
Spécialisées ou non, les infirmières manquent de soutien, croulent sous les heures supplémentaires et perdent la foi. © Keystone-prétexte
Partager cet article sur:
29.09.2021

Environ 2400 professionnels par an quittent le métier de soignant, dont un tiers avant l’âge de 35 ans

Pierre-André Sieber

Soins »  «La coupe est pleine» clament les manifestants opposés au pass sanitaire sur la place Fédérale. Les infirmières qui les prennent en charge lorsqu’ils sont malades du Covid-19 peuvent reprendre le slogan. «Même si ma décision date d’avant la pandémie, les derniers mois dans la tourmente des «salles Covid» ont fini par me convaincre de me réorienter.» Infirmière aux soins intensifs de l’Hôpital fribourgeois (HFR), Estelle Zermatten n’est âgée que de 25 ans et pourtant elle a décidé de se réorienter. Elle pensait que les 8 années passées à se former allaient lui donner la résistance nécessaire au stress de son exigeant métier.

Qu’elles soient spécialisées ou non, les infirmières manquent de soutien, croulent sous les heures

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00