La Liberté

pictogramme abonné La Liberté Contenu réservé aux abonnés

La variole du singe «ne peut pas passer inaperçue à l’inverse du Covid-19»

Provoquant fièvre et lésion cutanées, la variole du singe a touché quelque 90 personnes dans des pays où elle n’avait jamais pris pied

Pour Didier Trono, la mini-pandémie de variole du singe «pourrait aussi s’arrêter comme elle a surgi». © Keystone
Pour Didier Trono, la mini-pandémie de variole du singe «pourrait aussi s’arrêter comme elle a surgi». © Keystone

Pierre-André Sieber

Publié le 23.05.2022

Temps de lecture estimé : 9 minutes

Partager cet article sur:

Virologie » Les cas de variole du singe se multiplient. Du Portugal à l’Espagne, jusqu’à la Grande-Bretagne, avec une trentaine d’infections avérées, le virus responsable de cette mini-pandémie progresse.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) vient de confirmer sa présence dans le canton de Berne. La variole du singe touche également les Etats-Unis et le Canada. Son origine? Vraisemblablement l’Afrique de l’ouest et centrale, où l’on apprête et consomme la viande de brousse. Pas d’issue mortelle à ces infections malgré des symptômes plutôt spectaculaires sous la forme de pustules sur tout le corps et de fortes fièvres.

Le fait que tous les malades soient symptomatiques – à la différence du Covid-19 – aide grandement

Articles les plus lus
Dans la même rubrique
La Liberté - Bd de Pérolles 42 / 1700 Fribourg
Tél: +41 26 426 44 11 / Fax: +41 26 426 44 00